09 septembre 2011

L'effet Fukushima sur la vente de sushis

© epa

Six mois après le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima, les exportations alimentaires du Japon -dont celles de sushis et autres produits de la mer- n'ont toujours pas retrouvé leur niveau d'antan, et cela pourrait demander encore un certain temps. La cause principale? Les doutes sanitaires liés à la contamination radioactive.

"Mon oncle a 60 ans et il pense à une retraite anticipée. Les affaires sont si mauvaises qu'il prend quelques mois de congé", a témoigné le chef japonais Kei San, qui anime également une émission culinaire. Le chiffre d'affaire du pêcheur a plongé de 50% depuis la crise nucléaire de Fukushima, alors qu'il est basé à Hokkaido, à plus de 800 kilomètres du site.

De son côté, Kei San, basé à Hong Kong, a dû changer l'offre de son magasin en ligne, en ajoutant des produits de l'étranger: des crevettes argentines et des sashimis européens font désormais partie de sa gamme. "Je constate que certaines personnes craignent toujours de consommer les produits japonais. J'ai donc diminué l'importation. Ce n'est plus 100% Japonais", a-t-il détaillé pour la chaîne américaine CNN.

Frappée dans son ensemble, l'industrie alimentaire japonaise, l'une des plus sures au monde avant le désastre, doit désormais regagner progressivement la confiance des consommateurs. Le gouvernement a d'ailleurs renforcé normes et inspections des produits destinés à l'exportation. L'Union européenne a pour sa part instauré des tests radioactifs sur les denrées importées de douze préfectures spécifiques.

 

7sur7

12:00 Écrit par NAOME dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.