07 septembre 2011

L'euro entre les mains de la Cour constitutionnelle allemande

La Cour constitutionnelle allemande, basée à Karlsruhe, doit rendre une arrêt mercredi sur la légalité de l'aide allemande au Portugal, à l'Irlande et à la Grèce. Un avis négatif pourrait provoquer le chaos dans la zone euro, mais la plupart des observateurs ne s'attendent pas à une telle issue.

L'an dernier, à l'instar des autres pays de la zone euro, l'Allemagne a participé au premier sauvetage financier de la Grèce, à hauteur de 110 milliards d'euros, avant de contribuer à la création d'une Facilité européenne de stabilité financière (FESF), destinée à aider les autres pays en difficulté.

En Allemagne, où la résistance à ces mesures est forte, des politiciens et intellectuels eurosceptiques ont saisi la Cour constitutionnelle pour vérifier leur constitutionnalité. Ils se basent notamment sur une clause du traité européen interdisant aux pays de la zone euro d'acquérir mutuellement leur dette publique ("no bail out clause").

Les chefs d'Etat et de gouvernement ont toutefois convenu l'an dernier d'une modification légère du traité européen pour contourner cet obstacle légal et permettre ainsi la création de la FESF.

Dans les milieux autorisés, on estime que la Cour de Karlsruhe ne devrait pas annuler la participation allemande au sauvetage de la zone euro. Mais elle pourrait ordonner une surveillance parlementaire plus stricte du processus.

Une telle décision pourrait à son tour galvaniser le parlement allemand, appelé à se prononcer très bientôt sur le second plan de sauvetage à la Grèce et sur l'extension du mandat de la FESF, alors que l'hostilité à ces mesures ne cesse de croître en Allemagne.

 

7sur7

18:00 Écrit par NAOME dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.