06 septembre 2011

Chirac autorisé à être jugé en son absence

La justice française a autorisé lundi l'ancien président Jacques Chirac à être "jugé en son absence" au procès des emplois fictifs de la ville de Paris, en raison des "problèmes médicaux" qu'il a fait valoir.
 
M. Chirac, qui présente selon ses proches des troubles de la mémoire, sera donc représenté par ses avocats comme il l'avait demandé. "La comparution personnelle ne sera pas ordonnée", a annoncé le président de la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris, Dominique Pauthe. Les débats sur le fond commenceront dès mardi après-midi. L'association anticorruption Anticor pourra participer au procès, le tribunal ayant reporté jusqu'à l'issue du procès sa décision sur son droit de se porter partie civile.
 
La ville de Paris absente
La défense de Jacques Chirac a contesté lundi, dès le premier jour d'audience, la présence d'Anticor et de plusieurs particuliers au procès en tant que partie civile. Mais Dominique Pauthe a décidé de "lier l'incident au fond". Cela signifie qu'il ne rendra sa décision sur cette contestation qu'au prononcé du jugement.
 
Si Anticor était alors déclarée irrecevable, cela l'empêcherait de prétendre à des dommages et intérêts. En attendant, elle peut rester au procès et porter la contradiction face à la défense de Jacques Chirac. La principale victime, la ville de Paris, est pour sa part absente, ayant renoncé à se porter partie civile à la suite d'un accord d'indemnisation de 2,2 millions d'euros conclu en septembre 2010 avec le parti de droite UMP et Jacques Chirac.

 

7sur7

02:00 Écrit par NAOME dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.