04 septembre 2011

Auto 5 obtient la levée de piquets de grève

© photo news

Des huissiers et policiers se sont rendus samedi devant certains centres Auto 5 bloqués par des piquets de grève. La direction d'Auto 5 a fait savoir qu'elle avait obtenu "par voie de justice le droit d'ouvrir les centres bloqués par les piquets" et qu'elle avait appliqué ce droit samedi matin.
 
"Nous avons obtenu gain de cause en référé devant les juridictions de Mons, Charleroi, Tournai, Liège, Bruxelles et Nivelles", a indiqué la directrice des ressources humaines d'Auto 5, Anne-Françoise Kinif, interrogée par l'agence BELGA. "Actuellement, les huissiers ont fait rouvrir huit centres dans la région de Mons, Tournai, Liège, Bruxelles et Nivelles, nous n'avons pas encore de nouvelles de Charleroi", a-t-elle précisé.
 
Selon un communiqué de la direction d'Auto 5, "les fermetures de centres à Bruxelles et dans le sud du pays, sont essentiellement organisées par des personnes externes à Auto 5, via des piquets". Auto 5 a dès lors obtenu le droit de faire ouvrir les centres fermés par des piquets, sous peine d'astreintes.
 
De source syndicale, on indiquait être en contact avec des huissiers et des policiers.
 
La vingtaine de centres Auto 5 situés en Wallonie et à Bruxelles ont été fermés samedi à la suite d'une action de grève organisée en guise de protestation contre le licenciement de quatre travailleurs pour harcèlement, dont un délégué syndical CNE. Le syndicat chrétien juge la sanction disproportionnée.
 
"La CNE a demandé une conciliation que nous avons acceptée", a réagi Mme Kinif, "mais nous gardons notre position à l'égard des faits de harcèlement", a-t-elle ajouté, assurant que la grande majorité du personnel ne soutenait pas l'action défendue par quelques délégués de la CNE.

 

7sur7

22:00 Écrit par NAOME dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.